Trois Attributs de Dieu qu’il Nous Faut Connaître

De Livres et Prédications Bibliques.

Aller à :Navigation, rechercher

Ressources connexes
More Par Jonathan Parnell
Index des Auteurs
More À Propos de Trinité
Index des Thèmes
Ressource de la Semaine
Abonnez-vous pour recevoir des ressources par courriel ou par RSS RSS.

À propos de cette traduction
English: Three Things We Should Know About God

© Desiring God

Partager cette
Notre Mission
Cette traduction est publiée par Evangile Translations, un ministère en ligne qui existe pour rendre les livres et articles centrés sur l'Évangile disponibles gratuitement dans tous les pays et toutes les langues.

En Savoir Plus (English).
Comment vous pouvez aider.
Si vous maîtrisez bien l’anglais en plus de votre langue maternelle, vous pouvez nous aider en réalisant bénévolement la traduction de textes originaux.

En Savoir Plus (English).

Par Jonathan Parnell À Propos de Trinité

Traduction par Barrack Onyango


D’après la déclaration célèbre d’A. W. Tozer, nos opinions sur Dieu décèlent beaucoup sur notre caractère. Que vous vient à la pensée à la mention de « Dieu » ? Quelle image se forme à l’esprit lorsque vous réfléchissez sur Dieu ?

Cette question est importante car nous avons tous une réponse quelconque. Tout le monde a son propre idée du personnage de Dieu. Et on aimerait qu’elle soit la réalité, que ce soit comment Dieu se voit Lui-même, et non pas le résultat de notre imagination à nous.

Ci-dessous est un essai à la correction de cette situation, d’après les réalités dans la Bible. Voici au moins trois attributs de Dieu qu’il nous faut connaître.

1. Dieu est Père.

Michael Reeves dit, « L’attribut le plus fondamental de Dieu n’est nullement une qualité abstraite quelconque, mais le fait qu’Il est le Père. » Dans son œuvre Delighting in the Trinity, Reeves nous fait rappeler cet attribut important de Dieu que l’on trouve dans les Ecritures et que la théologie chrétienne exige; qu’Il est vraiment le Père.

En face à la critique, la plupart de nous ne considérons Dieu que comme le Créateur. On le prend pour un Etre fort et puissant, à l’origine de tout qui existe. Ceci est vrai. Mais ceci ne touche pas au cœur de la réalité de Dieu.

Reeves interroge ce point avec profondeur dans le premier chapitre intitulé, « Que faisait Dieu avant la création ? » Si Dieu était essentiellement Créateur, Il ne serait défini que par Sa création. Il va de même pour Dieu comme simplement un Souverain ou un Juge. Toutes ces descriptions sont correctes, mais elles ne vont pas à la profondeur de la nature de Dieu. Chacune dépend de l’existence d’une autre chose pour devenir réalité. Il nous faut avant tout nous interroger sur la vraie nature de Dieu.

La réponse est qu’Il est le Père. Ceci est évident dans la Bible (Esaïe 63 : 16, 64 : 8, Deutéronome 32 : 6). Et on commence à comprendre le miracle dans la révélation biblique de la Trinité. Dieu ne nous demande rien pour réaliser tout ceci. Dieu a toujours été là avant toutes les choses – le Père éternel qui avait toujours aimé Son Fils dans l’association permanente de l’Esprit. Voici la vraie nature de Dieu.

2. Dieu est Heureux.

Dans le premier chapitre de son œuvre The Pleasures of God, John Piper commence avec la citation d’une phrase importante de 1 Timothée 1 : 11 (LSG) – « l’Evangile de la gloire du Dieu bienheureux. » Piper attire notre attention sur l’équivalent grec du mot français « bienheureux », qui veut dire aussi « heureux ». L’apôtre Paul représente Dieu comme le « Dieu heureux ».

Il ne suffit donc pas de considérer Dieu simplement comme le Père. Il est un Père heureux.

Est-ce que le bonheur vient à l’esprit lorsqu’on pense à Dieu ? Ou on pense plutôt sévérité ? Malheureusement dans la plupart du temps on adopte une image négative de Dieu. A-t-Il toujours le visage fronçant ? Est-Il toujours enragé tel un tyran lunatique ? Ou Le voit-on comme celui ayant un esprit heureux – dans la gloire de Son Fils et dans la communion entre Eux deux ? Le voit-on comme le Père qui, sans hésiter, avait dit à propos de Jésus, « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » (Matthieu 3 : 17 - LSG) ? Le voit-on comme le Père qui nous offre le royaume avec tant de plaisir (Luc 12 : 32) ? Le voit-on comme un Dieu qui se délecte au repentir d’un pécheur (Luc 15 : 7) ?

Dieu ressent de l’indignation tous les jours tant que le péché continue dans le monde (Psaumes 7 : 11). Mais dans la profondeur du cœur – Sa vraie nature – Dieu est heureux. La compréhension de cette réalité nous sera d’une importance merveilleuse dans nos âmes.

3. Dieu Aime.

Dieu est le Père Heureux qui a toujours aimé Son Fils dans la communauté éternelle de l’Esprit. Ceci veut dire que dans sa vraie nature, Dieu aime. Cependant, ceci ne veut pas dire que Dieu ne se fâche jamais. Il se fâche à nos péchés et nos injustices qui se moquent de Son amour. Cette colère de Dieu est une réaction à une force externe. Dans la profondeur de Son cœur, Dieu aime. En effet, Dieu est amour (1 Jean 4 : 8 - LSG).

« Avant tout », continue Reeves, « Dieu avait aimé, donné la vie, et était bienheureux à Son fils pour toute l’éternité » (26). Dieu a donc une personnalité affectueuse. Comme dirait Jonathan Edwards, telle une fontaine, ou telle la lumière (1 Jean 1 : 5). Dans Sa nature, Dieu brille; on ressent Sa présence partout. Et Il a donc crée le monde au plaisir, de Son propre amour illimitée, car c’est cela Sa nature.

Comment peut-on ignorer à adorer un tel Dieu ? Comment pourrions-nous manquer de nous approcher à un tel Dieu avec joie ? C’est parce que le péché a compromis notre communauté. Nous avons une haine incompréhensible envers Dieu résultant de nos péchés, d’où notre réaction irrationnelle à Son amour paternelle. En réalité, nous nous sentons, dans notre ignorance, plus confortable avec une divinité impersonnelle et fâché. Il est difficile de se mettre en colère avec un Dieu qui est en même temps un Père heureux et qui nous offre une vie éternelle et joyeuse. Notre révolte devient donc irrationnelle.

Et la révolte irrationnelle était – et reste toujours – notre condition jusqu’au moment où on découvre l’évangile. Le Père a envoyé Son Fils à vivre et à mourir à notre place, à subir la colère que nous méritons, afin de pouvoir nous accueillir dans Sa communauté. Et cet évangile nous est présenté sans obligation. Il ne faut pas le considérer comme une tentative de Dieu à faire l’équilibre avec Sa colère. Au contraire, cet évangile révèle la vraie nature de Dieu. Paul nous dit que Dieu démontre Son amour pour nous, non pas après la vie et la mort de Jésus, mais dans sa vie et mort (Romans 5 : 8), afin que nous puissions, en tant que Ses fils et filles, nous réjouir dans la communauté éternelle qui existait entre Lui et Son Fils dans l’Esprit, pour toute l’éternité (Jean 17 : 24 – 26).

Dieu – Il est un Père heureux qui aime.